D’anciens compagnons brisent le silence sur des violences sexuelles à Emmaüs

Deux anciens compagnons ont porté plainte pour violences physiques et attouchements sexuels contre un responsable de l’antenne Emmaüs de Chatou (Yvelines). Un autre ex-compagnon se plaint de faits similaires et plusieurs témoins attestent de coups, de propos à connotation sexuelle et de baisers forcés portés à des publics vulnérables. Emmaüs France ne semble pas avoir pris la mesure des faits exposés.

Pauline Bandelier (avec Sophie Boutboul)

2 janvier 2020 à 12h57

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il est le premier à avoir osé parler. Entré comme compagnon au sein de l’antenne Emmaüs de Chatou le 30 avril 2018, Sékou Camara, un couturier malien de 30 ans, a porté plainte, le 27 juillet 2019, pour violences physiques contre Jacquy Conderolle, co-responsable des communautés Emmaüs de Bougival, Chatou et Nanterre depuis 1999. Le 1er novembre 2019, Sékou Camara a complété sa plainte d’une lettre au parquet de Versailles, dans laquelle il dit avoir subi des « attouchements sexuels ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal