Les universitaires votent la grève illimitée

Par
La coordination nationale des universités a voté lundi après-midi la grève «totale, reconductible, illimitée» à l'unanimité moins deux voix. La journée de grève de lundi a touché 45% des enseignements à l'université selon le syndicat Snesup. Au centre des revendications: le retrait des deux textes qui fâchent le monde de l'enseignement supérieur: le décret d'application de la LRU – votée en août 2007 – sur la «modulation des services», et la réforme de la formation des enseignants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A la Sorbonne, dans un amphithéâtre bondé où se rassemblaient quelque 350 personnes, la coordination nationale des universités a voté lundi après-midi la grève «totale, reconductible, illimitée» à l'unanimité moins deux voix. Entre 300 et 350 personnes ont débattu sur les bancs de l'amphi Richelieu pendant plus de quatre heures. Ils appellent à une manifestation nationale le 10 février et à «une cérémonie de non remise» des maquettes -nécessaires à la mise en place de la masterisation de la formation des enseignants- le 13 février. 74 établissements – sur un total de 88 – avaient envoyé des représentants à l'assemblée générale de la coordination, selon les organisateurs.