Bartolone a biaisé la désignation du prochain PDG de La Chaîne parlementaire

Par

Par des indiscrétions en privé, le président de l'Assemblée nationale a biaisé la procédure de nomination du futur PDG de La Chaîne parlementaire, et imposé sa candidate avant même que les auditions publiques n'aient lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président de l’Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone, a visiblement une curieuse conception de la liberté de la presse et du droit à l’information des citoyens. Lors de la revente des grands quotidiens régionaux du sud-est de la France, il en avait déjà apporté une première illustration, en multipliant secrètement des interventions en faveur de son encombrant ami, Bernard Tapie, qui a finalement mis la main sur La Provence. Et voici qu’il en apporte une nouvelle, à l’occasion de la procédure de nomination du nouveau PDG de La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale (LCP-AN) : actuelle chef du service politique de France Info, Marie-Ève Malouines, qui a ses faveurs, est certaine de l’emporter, au terme d’une procédure qui a été gravement malmenée.