A Lyon, les dealers ajustent leur business au confinement

Par Mathieu Martinière (We Report pour Mediacités Lyon)

Livraisons à domicile, vendeurs masqués et gantés… Les trafiquants de cannabis et autres stupéfiants s’adaptent à la crise du coronavirus. Mais la fermeture des frontières réduit leurs stocks et commence à entamer leurs affaires. Une enquête de notre partenaire Mediacités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«L’échange se déroule en deux temps. Le client file d’abord le fric à un premier mec. Quelques mètres plus loin, un deuxième lui donne la drogue. Une fois le client reparti, les gars retournent planquer le fric et vont chercher du produit dans les fourrés ou derrière le transformateur électrique. » Depuis qu’il est en télétravail, Alexandre* a tout le loisir d’observer les va-et-vient qui perdurent au pied de son immeuble. Sa fenêtre donne sur la gare de Villeurbanne et sur un point de deal situé sur l’ancien parking relais, le long de la ligne de tramway.