La fiscalité écologique, c'est l'art du paradoxe. Si la taxe carbone réussit, à terme, ses recettes diminueront au point, peut-être, de disparaître un jour. «Un impôt biodégradable», souriaient des experts, mardi 30 juin à la fondation Nicolas-Hulot, pour défendre la création de cette taxe sur les émissions de CO2.