Le récit économique d’Emmanuel Macron perd en crédibilité

Par

Malgré son bilan, le président prétend persévérer car, dit-il, il est le premier à réformer et il faut du temps pour obtenir des résultats. Mais la crédibilité de ce récit se désagrège. Ne reste plus que l’arrogance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face à ses résultats économiques et sociaux décevants, le gouvernement évolue entre la négation de la réalité et l’appel à la poursuite de cette politique. Le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, a ainsi revendiqué, devant l’université d’été du Medef, le 29 août, des « résultats en un an », tous en réalité peu attribuables à l’exécutif. En juillet, au Figaro, il affirmait que la « constance » était nécessaire à la « transformation de la France ». Sur Europe 1, le même 29 août, ce même ministre résumait la pensée officielle du gouvernement sur la faiblesse de son bilan économique : « Cela prend du temps avant d’obtenir des résultats. Mais changer de stratégie serait une grave erreur. »