Le rapport Bartolone/Winock propose (encore) une réforme institutionnelle

Par

A l'issue de dix mois de travaux et d'auditions, le « groupe de travail sur l'avenir des institutions » a rendu ce vendredi le premier tome de son rapport. On y retrouve peu ou prou toujours les mêmes propositions depuis 22 ans et la commission présidée par Georges Vedel en 1993. Et il y a aussi peu de chances de voir aboutir les préconisations les plus intéressantes que lors des missions Balladur (2008) ou Jospin (2012).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A force de créer des commissions, ne finit-on pas par enterrer le problème ? Ce vendredi, le « groupe de travail sur l'avenir des institutions » a adopté son rapport, pompeusement intitulé « Refaire la démocratie ». Dirigé par Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale (et ancien président du conseil général de Seine-Saint-Denis mais aussi actuelle tête de liste aux élections régionales en Ile-de-France, ce qui interroge sur la valeur des engagements proclamés autour d'un « Parlement du non-cumul »), et l'universitaire Michel Winock, ce groupe de travail (dont on peut retrouver la composition ici) a réuni 23 parlementaires de toutes tendances (sauf le FN), ainsi que plusieurs personnalités dites qualifiées (de l'ancien de la CGT Bernard Thibault à l'éditorialiste du Figaro Alain-Gérard Slama).