Française des jeux: les préparatifs d’une sulfureuse privatisation

Par

Ne pouvant céder dans l’immédiat Aéroports de Paris, le gouvernement s’apprête à vendre la Française des jeux, mais il doit au préalable réformer la régulation des jeux d’argent. Les impératifs de santé publique et de sécurité financière risquent d’être, eux aussi, bradés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce pouvoir ne veut décidément rien entendre. En réponse au mouvement des « gilets jaunes », il a beau avoir dit qu’il serait désormais à l’écoute du pays et qu’il tiendrait compte des critiques qui lui sont adressées, il continue à n’en faire qu’à sa tête. Et ce qui est vrai de la politique sociale l’est tout autant des privatisations : ses projets ont beau être très vivement contestés, il n’entend pas moins les mener à bien.