Armes de Coulibaly: «Il y a eu un énorme loupé»

Par

Mis en cause dans le trafic des armes obtenues par Amedy Coulibaly, Claude Hermant, indicateur de la gendarmerie, a jugé devant la cour d’assises spéciale que les attentats auraient pu être évités. Les policiers et les gendarmes entendus eux aussi ont nié toute défaillance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’était pas prévu au programme, et en plus il arrive en retard. Jeudi matin, la moutarde est montée au nez du président de la cour d’assises spéciale Régis de Jorna qui examine l’affaire des attentats de janvier 2015. Le premier témoin du jour, Claude Hermant, l’homme qui a mis en circulation les armes utilisées par Amedy Coulibaly, a fait savoir au greffe qu’il était coincé dans les embouteillages. Il vient de Lille. « La cour va devoir attendre », annonce-t-il, avant de suspendre l’audience. Il est 10 h 42 quand le témoin se présente dans la salle.