Affaire Dassault: quatre ans ferme requis contre l’ancien maire de Corbeil

Par

Faute de pouvoir juger Serge Dassault, décédé avant le procès de son système présumé d’achat de votes, le Parquet national financier a requis lundi quatre ans de prison ferme contre l’ancien maire de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter, et deux ans contre les cinq autres prévenus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Les faits sont d’une extrême gravité. […] On n’avait jamais vu en France une ville avec un tel degré de corruption et de décomposition. » Le procureur Patrice Amar, du Parquet national financier (PNF), n’a pas mâché ses mots, lundi, lors de son réquisitoire, au procès de l’affaire Dassault, ce système d’achat de voix présumé qui a permis au milliardaire d’être élu maire de Corbeil-Essonnes, puis à son salarié et homme de paille Jean-Pierre Bechter de lui succéder en 2009.