Avec Génération·s, Benoît Hamon veut se faire une place dans la gauche française

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Mans (Sarthe), de notre envoyé spécial. – « Je suis complètement stressé, mais je suis complètement heureux. » Samedi 2 décembre au matin, au Palais des congrès du Mans (Sarthe), Guillaume Balas, le député européen qui vient de démissionner du PS pour bosser à plein temps pour le mouvement de Benoît Hamon, ne cache pas son plaisir. Alors que les portes sont ouvertes depuis quelques minutes, le congrès fondateur du mouvement de l’ancien candidat socialiste à la présidentielle s’annonce d’ores et déjà comme un succès d’affluence. 2 400 personnes se sont inscrites et, vraisemblablement, 2 000 sont venues.