Vaccination à marche forcée : antidote sanitaire, toxicité démocratique

Certains récalcitrants au vaccin, actifs ou passifs, minorent son utilité sanitaire. Mais les partisans de l’injection sous pression négligent ses conséquences démocratiques, alors que la nouvelle vague touche des populations inégalement protégées.  

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Un virus qui se fait hara-kiri au Japon sans qu’on sache vraiment pourquoi, au point de faire quasiment disparaître l’épidémie sur l’archipel ; des pays qui se portent relativement bien d’un point de vue sanitaire alors qu’ils ont levé la plupart des restrictions, telle la Grande-Bretagne, voire organisé récemment de gigantesques cérémonies rassemblant des foules entières, à l’instar de l’Inde ; des anciens « bons élèves » du Covid touchés de plein fouet par la nouvelle vague, comme l’Allemagne ; des nations comme la Corée du Sud ou l’Australie qui renoncent à la stratégie « zéro Covid »...

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal