Présomption d’innocence d'Yvan Colonna: «une affaire de principes»

Par
Ivan Colonna a poursuivi le président de la République, mercredi 3 juin, pour atteinte à sa présomption d'innocence. Le tribunal devra dire si Nicolas Sarkozy avait le droit de déclarer coupable «l'assassin» du préfet Erignac, bien avant son jugement. De son côté, l'hôte de l'Elysée (qui multiplie lui-même les procès comme victime) invoque son «statut pénal de chef de l'Etat». Principe contre principe?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Yvan Colonna poursuivait le président de la République, mercredi 3 juin, à Paris, pour atteinte à sa «présomption d'innocence». Le tribunal devra dire si Nicolas Sarkozy avait le droit de préjuger coupable, dans des discours publics, «l'assassin » du préfet Claude Erignac. De son côté, le chef de l'Etat et ses avocats invoquent l'«immunité» présidentielle.