Parcoursup discrimine-t-il les lycéens de banlieue?

Des enseignants en zones d'éducation prioritaire dénoncent le fait que leurs élèves obtiennent moins souvent leur vœux que la moyenne pour s’inscrire dans l’enseignement supérieur avec le nouveau système Parcoursup. Le ministère réfute toute discrimination.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

« Discriminés. » Le mot s’est imposé dans la bouche de nombreux lycéens mais aussi d’enseignants de banlieue, qui attendent, dix jours après la divulgation des premiers résultats de la plate-forme Parcoursup, mise en place pour gérer les inscriptions dans l’enseignement supérieur, rapporte Le Monde.

À écouter certains enseignants, leurs élèves subissent une double peine. C’est ce que raconte Kai Terada, enseignant de mathématiques à Nanterre (Hauts-de-Seine) dans un lycée où, assure-t-il, seulement 42 % des 330 élèves de terminale avaient reçu une réponse favorable au 31 mai, alors que la moyenne nationale est à 70 %. Même son de cloche chez Hélène Ohresser, professeure syndiquée SUD dans un lycée des quartiers nord de Marseille, où « la moitié de nos lycéens technologiques » sont en attente.

Le ministère de l’enseignement supérieur dément toute discrimination, mais refuse de communiquer les chiffres par territoire, qui permettraient d’en avoir le cœur net.

À lire dans Le Monde.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale