En Nouvelle-Calédonie, la crise sanitaire attise les tensions politiques

Par

Le premier ministre a proposé de reporter au 4 octobre le deuxième référendum d’autodétermination, initialement prévu le 6 septembre. Dans l’archipel, globalement épargné par la pandémie de Covid-19, la crise sanitaire a laissé des « traces profondes » qui n’augurent rien de bon sur le plan politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Premier territoire français à sortir du confinement, la Nouvelle-Calédonie a globalement été épargnée par la pandémie de Covid-19. Pourtant, la crise sanitaire a laissé des traces dans l’archipel du Pacifique, engagé depuis plus de trente ans dans un processus de décolonisation. Des « traces profondes, y compris sur le plan politique », comme l’attestent plusieurs élus d’Océanie, qui n’augurent rien de bon à quelques mois du deuxième référendum d’autodétermination.