Affaire Mila : au tribunal, des passes d’armes mais pas de débat de fond

Par


Le procès de treize personnes poursuivies pour cyberharcèlement et menaces de mort contre l’adolescente s’est ouvert jeudi à Paris. La première journée d’audience, réservée aux questions de procédure, n’a pas occulté les vives tensions qui entourent cette affaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand Mila va aux toilettes, un mur de caméras filme son passage dans le couloir et une demi-douzaine de policiers garde la porte. C’est dans cette ambiance de foire paranoïaque que s’est tenu, jeudi, le premier jour du procès de dix hommes et trois femmes, âgés de 18 à 30 ans, jugés pour « cyberharcèlement » contre l’adolescente, et certains pour des menaces de mort ou de viol.