Justice Parti pris

Affaire Dupond-Moretti : le premier responsable s’appelle Emmanuel Macron

Pour la première fois dans l’histoire politique et judiciaire française, un ministre de la justice en exercice est renvoyé devant la Cour de justice de la République. Il lui est reproché d’avoir fait pression sur des magistrats anticorruption. Le chef de l’État porte une lourde responsabilité dans la situation.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ainsi donc, six jours après avoir envoyé un double condamné pour « corruption » et « financement illégal de campagne électorale » représenter la France à l’étranger, Emmanuel Macron voit, lundi 3 octobre, son ministre de la justice en exercice être renvoyé devant la Cour de justice de la République (CJR) dans une affaire d’atteinte à la probité. Une première dans l’histoire politique et judiciaire française.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal