Taxe sur les dividendes: les larmes de crocodile du Medef

Par

Le gouvernement a décidé, pour compenser l'annulation par le Conseil constitutionnel, le 6 octobre dernier, de la taxe sur les dividendes, d'une surtaxe pour 320 grands groupes. Le Medef s'étrangle, mais la mesure n'affectera pas ces entreprises. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Finalement, le gouvernement fera payer les grandes entreprises. Ce jeudi 2 novembre, un projet de loi de finances rectificative a été adopté en conseil des ministres. Il prévoit une surtaxe exceptionnelle de l’impôt sur les sociétés (IS) pour 2017 frappant les plus grandes entreprises. Cette surtaxe comportera deux niveaux. Pour les entreprises réalisant un chiffre d’affaires d’un à trois milliards d’euros annuels, le taux de l’IS passera de 33,3 % à 38 %. Pour celles réalisant un chiffre d’affaires supérieur, le taux de l’IS passera à 45 %. Ce qui devrait permettre de récolter 5 milliards d’euros de recettes supplémentaires. En comptant les 5,5 milliards d’euros déjà mis en réserve par l’État, cette surtaxe pourrait compenser les 10 milliards d’euros maximum que coûtera l’annulation par le Conseil constitutionnel, le 6 octobre, de la taxe sur les dividendes instaurée en 2012.