Pourfendeur de la fraude sociale, le député aux trois comptes suisses se retrouve au tribunal

Par

Député, Dominique Tian dénonçait les fraudeurs aux allocations, mais cachait trois comptes en Suisse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le moment le plus gênant de son procès et Dominique Tian n’a pas l’air de réaliser. Devant le tribunal correctionnel de Paris, vendredi 1er décembre, cet ancien député (LR), jugé pour blanchiment de fraude fiscale et fausse déclaration de patrimoine, ne peut s’empêcher de vanter ses années de combat politique contre les tricheurs aux allocs, les « faux chômeurs » et les prétendus « parents isolés », contre la « fraude sociale » en clair, cette plaie nationale si coûteuse pour les finances publiques, qu’il a dénoncée dans un rapport parlementaire au vitriol.