La ville de Cannes renoue avec le parfum du scandale

Par

Entre 2001 et 2014, sous les deux mandats du maire Bernard Brochand, un système occulte a prospéré à Cannes. Des soupçons judiciaires de favoritisme, de détournement de biens publics ou de trafic d’influence planent aujourd'hui sur la ville. De nombreuses mises en examen ont été prononcées dans l'entourage de l'ancien maire. Mediapart révèle les pièces du dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au palais de justice de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, le juge Jean-Pierre Murciano s’apprête à convoquer le député (LR) Bernard Brochand, maire de Cannes de 2001 à 2014, afin de l’auditionner dans le cadre d’une information judicaire pour corruption ouverte le 16 juillet 2012 par le parquet de Grasse. Mondialement connue pour son festival de cinéma, Cannes jouit aussi d’une tenace réputation de ville corrompue et corruptrice. Son ancien maire, Michel Mouillot (élu de 1989 à 1996), reste à ce jour titulaire du triste record d’élu le plus lourdement condamné de la Ve République. Il est sorti de la prison des Baumettes début 2007, après avoir passé trois ans derrière les barreaux.