«JPK», un fantôme bien encombrant

Par
Sixième et ultime épisode de la saga des années Flosse à Tahiti, l'affaire de la disparition, en 1997, de l'ancien journaliste Jean-Pascal Couraud, dit «JPK». Suicide, accident, assassinat? Près de douze ans après les faits, toutes les hypothèses restent envisageables. La justice, qui multiplie les investigations comme si elle voulait faire oublier des années d'indifférence, semble privilégier la piste menant au groupement d'intervention et de protection (GIP), la «milice» de Gaston Flosse, qui surveillait de près cet empêcheur de tourner en rond. Mais les preuves manquent...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tahiti, de notre envoyé spécial