3.000 lits pour les migrants laissés vacants par l’Etat

Par

La Caisse centrale des activités sociales des personnels des industries électriques et gazières (CCAS) a mis à disposition de l’État 3 000 places dans ses centres de vacances pour loger des migrants cet hiver. Mais celles-ci sont restées vides.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans une tribune publiée dimanche 4 février 2018 par L’Humanité, Nicolas Cano, président de la Caisse centrale des activités sociales des personnels des industries électriques et gazières (CCAS), s’étonne que les centres de vacances mis à disposition du gouvernement à la rentrée 2017 pour y loger des exilés soient restés vides.