A Forcalquier, la campagne à l’ombre de Christophe Castaner

Par

Dans la ville où le ministre de l’intérieur a été maire de 2001 à 2017, aucun candidat ne porte les couleurs de LREM ni ne revendique son héritage. Un legs contesté à la fois sur la gouvernance, jugée autoritaire, et sur le fond.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), envoyé spécial.– Les réunions s’enchaînent à la permanence de la liste Forcalquier en commun, place du Palais. Composée d’hommes et de femmes pour qui il s’agit, dans la plupart des cas, de leur première expérience électorale, cette liste citoyenne qui se classe dans le camp des « divers gauche » est à l’image de ce local prêté par un sympathisant et dont l’aménagement, coquet, est fait de bric et de broc. Mais elle a dynamité la bataille des municipales à Forcalquier.