L’illusion du «choc d’offre» sur le logement

Par

La loi Elan définit la vision gouvernementale de la politique du logement. Le rêve d’un « choc d’offre » s’appuie sur une confiance dans l’efficience du marché qui semble déconnectée de la réalité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certes, le gouvernement se veut discret sur ce thème depuis quelques semaines, mais la loi Elan (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), présentée en conseil des ministres le 4 avril, entend bien régler les grands problèmes du logement en France par un « choc d’offre ». La lecture de l’exposé des motifs du projet de loi ne laisse, de ce point de vue, aucun doute puisque le premier des trois axes majeurs du texte consiste à « construire plus, mieux et moins cher pour provoquer un choc d’offre ».