La langue brunâtre du sarkozysme confondu

Par

L'entre-deux 12/13. Aujourd'hui : comment le quinquennat de Nicolas Sarkozy a pratiqué une politique de la langue brûlée, au nom d'une transgression menant au lepénisme...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Tire ta langue », ainsi Raymond Queneau s’adressait-il à la France, faisant mine d'examiner cette partie mobile et charnue de la bouche du pays, pour la juger trop verte (allusion aux académiciens qui corsètent notre idiome). Aujourd’hui, s’il se penchait à nouveau sur l’organe qui concourt à la parole nationale, Queneau serait stupéfait par sa teinte brunâtre. Le Front national puis Nicolas Sarkozy, Nicolas Sarkozy et le Front national, sont passés par là.