Sidi Boussetta, 37 ans, travaille auprès des migrants dans un centre d’accueil et d’orientation (CAO) en plein centre-ville de Blois. Il a été embauché en CDD en février 2017 par une association locale, l’ASLD (Association d'accueil, de soutien et de lutte contre les détresses), à qui l’État a confié le suivi social des migrants. En octobre 2016, le préfet du Loir-et-Cher avait réquisitionné 15 logements dans un immeuble pour accueillir une quarantaine d’exilés afghans, érythréens et soudanais expulsés des campements de Calais et de Stalingrad-Jaurès à Paris. Avec un collègue, Sidi Boussetta occupe « un bureau en bas de l’immeuble » et aide ces hommes éloignés de leur pays « à gérer leur budget, la paperasserie, les démarches auprès de l’Ofpra », explique le salarié.