Même en Vendée, « la droite bascule tranquillement vers le macronisme »

Par

Fief de la droite conservatrice, longtemps gouvernée par Philippe de Villiers puis Bruno Retailleau, la Vendée opère une mue sociologique et politique. À un an de la présidentielle, tout laisse à penser qu’une large partie de l’électorat local va se tourner vers la candidature d’Emmanuel Macron.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Roche-sur-Yon (Vendée).– Quelques retraités qui rompent le calme ambiant, une boulangerie, un bistrot, la mairie et une majestueuse église qui fait office de point de repère. Nieul-le-Dolent raconte, en quelques rues pavillonnaires désertes, la ruralité vendéenne. À ce panorama, il faut ajouter l’école Saint-Pierre, un établissement catholique d’enseignement primaire comme en fréquente un écolier vendéen sur deux.