«Quand il y a une catastrophe au Népal ou en Haïti, la France sait intervenir. Mais pas à Calais»

Par

Quatre ONG ont lancé mardi dernier une grande opération humanitaire à Calais afin que les campements de migrants soient au moins aux normes de « n'importe quel camp de réfugiés dans le monde ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Calais, de notre envoyée spéciale.-  Quatre ONG ont lancé mardi 30 juin à Calais une opération humanitaire d'envergure pour que le bidonville de 3 000 migrants soudanais, érythréens, afghans, syriens, s'approche des normes internationales des camps de réfugiés en matière d'accès à l'eau potable, à la nourriture, aux soins de base. Jean-François Corty, directeur des opérations France de Médecins du Monde, dresse un premier bilan et interpelle l'État qu'il juge « en dessous de tout sur ces problématiques ».