Les procureurs s'alarment d'une «justice sinistrée»

Par

Le « Livre noir du ministère public », présenté ce 4 juillet par la Conférence nationale des procureurs de la République, dresse un constat inquiétant de l'institution judiciaire et avance des propositions concrètes. Mediapart le publie intégralement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marc Cimamonti n'y va pas par quatre chemins. « Aujourd'hui, nous n'avons pas les moyens de rendre une justice de qualité dans des délais raisonnables », lance le président de la Conférence nationale des procureurs de la République (CNPR), ce mardi 4 juillet à Paris, en présentant le « Livre noir du ministère public » entouré d'une dizaine de ses collègues. Des cris d'alarme assez similaires avaient déjà été lancés en 2011 et en 2015 par cette association qui regroupe tous les procureurs de France (ou presque), mais ils n'ont « pas été entendus ». Le constat, maintes fois dressé, reste donc celui d'une « justice sinistrée » et « en voie de clochardisation ».