mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart dim. 25 sept. 2016 25/9/2016 Édition de la mi-journée

Filippetti : « Il faut une VIe République et un pouvoir moins monarchique »

4 octobre 2014 | Par Lénaïg Bredoux

Ministre de la culture pendant deux ans et demi, la députée de Moselle a quitté le gouvernement fin août, avec Benoît Hamon et Arnaud Montebourg. Après une cure de silence, elle s’explique sur son départ. « Un choix de conscience », après l’épisode Florange et l’austérité appliquée au budget de la culture. Elle appelle à rééquilibrer la politique de l’offre vers la demande et réclame des bouleversements institutionnels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est la rentrée des ministres remaniés. Plus d'un mois après leur départ du gouvernement, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti veulent relancer le débat sur la politique menée par François Hollande et Manuel Valls. L'ancien ministre de l'éducation réunit ses amis dans les Landes et l'ex-défenseur du “made in France” au redressement productif a rendez-vous dans le Gard avec ses partisans. Quant à la ministre de la culture de mai 2012 à août 2014, elle s'explique dans un entretien à Mediapart sur son départ volontaire du gouvernement de Manuel Valls. « Un choix de conscience » face à l'échec de la politique économique de l'exécutif, « longuement mûri » après l'épisode de Florange et l'austérité appliquée au budget de la culture, dit Aurélie Filippetti. En creux, elle décrit un président de la République incapable de résister à la « doxa libérale » et à la technocratie.