Le nombre de juifs français émigrant en Israël est en forte baisse

Par

Manque d’emplois adaptés aux qualifications, crise du logement, problèmes d’éducation : les Français juifs, immigrés ces dernières années en Israël pour fuir l’antisémitisme et la menace terroriste, sont déçus. Résultat : la France, qui a été pendant trois ans le plus gros fournisseur de nouveaux immigrants à Israël, est désormais dépassée par l’Ukraine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Malgré les efforts engagés depuis quelques années par le gouvernement israélien et l’Agence juive pour inciter les Français juifs à émigrer en Israël, l’aliyah française connaît aujourd’hui un ralentissement spectaculaire. Après être devenue en 2014, pour la première fois, le pays qui fournissait le plus grand nombre d’immigrants avec 6 600 départs, la France a été largement dépassée cette année par l’Ukraine. Plus de 7 500 Ukrainiens sont partis en 2015 pour Israël, alors que le nombre d’immigrants français pour la Terre sainte ne devrait pas dépasser cette année 5 000, soit une chute de près de 30 % en un an. Et cela malgré la persistance en France du risque terroriste, qui avait largement motivé, ces dernières années, le départ pour Israël des Français juifs.