Vincent Bretagnolle: «Il y a un consensus scientifique sur les néonicotinoïdes»

Par

Ces substances chimiques, que le Parlement s’apprête à réautoriser en agriculture, font l’objet de plusieurs centaines d’études scientifiques depuis vingt ans et leurs effets délétères ne font aucun doute, explique l’écologue Vincent Bretagnolle, directeur de recherche au CNRS.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vincent Bretagnolle fait partie des chercheurs en pointe, en France, sur les néonicotinoïdes. Entendu par une audition d’experts scientifiques organisée par le groupe EDS (Écologie Démocratie Solidarité) à l’Assemblée nationale le 21 septembre, cet écologue directeur de recherche au CNRS a créé et dirige depuis 1994 la « Zone Atelier », un vaste laboratoire à ciel ouvert de 450 km2 situé dans les Deux-Sèvres, constitué de champs d’agriculteurs où sont étudiées, entre autres, les populations d’abeilles.