Jean-Yves Cendrey, «Qui est malade, le monde ou moi ?»

Par

Avec Jean-Yves Cendrey, il ne peut qu’y « avoir du schproum » : l’écrivain s’étant découvert EHS (Electro-Hyper-Sensible et quasi Ecrivain Hors-Service), il fait de Schproum, « roman avorté », le sidérant récit d’une renaissance et d'un combat. Entretien vidéo et premières pages du livre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On avait laissé Jean-Yves Cendrey en pleine Mélancolie vandale, roman berlinois, faussement « rose », dans la rage, la colère et la farce. Il revient avec Schproum, titre coup de poing, interjection explicitée dès l’épigraphe : « SCHPROUM, FAM. Bruit de violentes protestations. Faire du schproum. — Dispute violente. Il va y avoir du schproum. »