Thierry Mariani, le candidat qui voyage comme ministre

Par

Alors que la situation de SeaFrance s'enlise, le ministre des transports s'envole vendredi matin pour la Chine. Une urgence? Pas du tout. Un déplacement de plus, aux frais de l'Etat, dans la circonscription des Français de l'étranger qu'il convoite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que le dossier SeaFrance est au point mort, le ministre des transports Thierry Mariani s'envole de nouveau vers la Chine vendredi. Mais quelle urgence peut donc le conduire à un tel déplacement? A son agenda officiel, une seule rencontre est annoncée, avec les ingénieurs de l'Ecole centrale de Pékin (liée à l'Ecole de Paris). Le sujet lui tient visiblement à cœur : le 17 septembre, déjà, il avait parcouru plus de 8000 kilomètres pour inaugurer, à Tianjin cette fois, les nouveaux locaux de l'institut sino-européen d'ingénierie de l'aviation, une école d'ingénieurs franco-chinoise. Etonnant, non?