La foi de François Fillon et les silences de la gauche

Par

On s’habitue à tout, même à Dieu en République. La laïcité est un sujet passionnel dans la campagne présidentielle. Pourtant, quand François Fillon mélange sa foi et son programme, la gauche ne le remarque pas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La déclaration aurait dû valoir son pesant d’étonnement immédiat. Depuis des mois et des mois, un débat enflamme la France, autour du voile, du burkini, du halal, des menus dans les cantines… Officiellement, ce n’est pas une religion qui pose problème, mais l’atteinte à un fondement de l’identité française : la laïcité. Un fondement si fondamental que le bon Éric Ciotti veut même le faire inscrire au fronton des édifices publics et en préambule d’une Constitution réformée : « Liberté, égalité, fraternité, laïcité », voilà ce qu’il réclamait en juin dernier, dans un colloque à Nice.