A l'UNI: «La xénophobie, ça remotive»

Par

Un ancien membre du syndicat étudiant raconte les « convergences » de l'UNI, ces réunions à huis clos dont le but est de « polémiquer » et « ressortir remotivés » grâce à « un discours xénophobe ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Toutes les civilisations ne se valent pas.» Claude Guéant, ministre de l'intérieur, a prononcé ces mots samedi 4 février, devant 300 jeunes de l'UNI (union nationale intersyndicale), réunis à huis clos à l'Assemblée nationale.