MeToo: après l’affaire Claude Lévêque, la riposte des jeunes artistes

Par et

« À l’air libre » a rencontré le sculpteur Laurent Faulon, qui accuse le célèbre artiste contemporain Claude Lévêque de viol lorsqu’il était mineur. Face aux violences sexuelles, la jeune garde des artistes prend la parole et s’organise.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Ces derniers mois, plusieurs personnes ont confié à Mediapart avoir subi des violences sexuelles commises par l’artiste Claude Lévêque lorsqu’elles étaient mineures. Parmi elles, le sculpteur français Laurent Faulon, 51 ans, installé en Suisse. Face à la caméra d’ « À l’air libre », il  a bien voulu raconter cette période de sa vie dont il se souvient très bien. 

La révélation de cette affaire a provoqué un petit séisme dans le milieu de l’art contemporain, d’ordinaire peu bavard sur ces questions. Comment vit-on le sexisme ambiant quand on démarre dans ce métier ? Depuis plusieurs mois, des artistes, critiques d’art, galeristes sont mobilisés au sein d’un collectif, « My art not my ass » ( « Mon art, pas mes fesses »). « À l’air libre » a rencontré Charlotte, une de ses fondatrices, et la jeune critique d'art Camille Bardin.

Attention, les propos de ce reportage décrivant des violences sexuelles peuvent être difficiles à entendre.

 

© Vidéo Mediapart © Mediapart

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous