Hollande et ses guerres (3/3): comment les néoconservateurs influencent le pouvoir

Par

Les néoconservateurs américains ont été discrédités par l’échec désastreux de leur politique en Afghanistan et en Irak. Ils ont pourtant fait des adeptes en France, parmi les diplomates et jusqu’à l’Élysée. Leur influence, revendiquée sous Sarkozy, s’est développée sous Hollande. Au risque d’entraîner le pays dans des aventures militaires, à ce jour sans résultat probant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « Je viens sans doute de vivre la journée la plus importante de ma vie politique. »
Visiblement exalté par sa rencontre avec les soldats de l’infanterie de marine et les parachutistes de la Légion étrangère qui venaient de libérer Tombouctou du joug djihadiste, François Hollande avait fait cet aveu inattendu, le 2 février 2013, à la foule enthousiaste rassemblée sur la place de l’Indépendance à Bamako, trois semaines après le déclenchement de l’opération Serval.