Harcèlement à Pôle emploi: le «Donald Trump de la CFTC» mis en cause

Par

Plusieurs salariés de Pôle emploi ont porté plainte contre des agissements de l’ancien président de la CFTC Emploi, qui a démissionné de ses mandats à la mi-juin. Les syndicats et la direction de Pôle emploi se déchirent sur le sort de ce responsable, accusé de harcèlement moral et sexuel, ainsi que d’agression sexuelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il s’agit de l’histoire d’une double emprise, racontent ceux qui l’ont vécue. Pendant plusieurs mois – certains pendant des années –, des salariés de Pôle emploi disent avoir subi une forme de harcèlement moral ou sexuel de la part du directeur adjoint de la plateforme téléphonique d’Île-de-France de l’organisme. L'homme était également président de la CFTC Emploi (le syndicat qui regroupe les salariés de Pôle emploi, de l’Afpa et de l’Apec) et vice-président de l'échelon supérieur, la fédération Protection sociale et Emploi de la CFTC. Un syndicat qui, comme les autres, a pourtant officiellement pris position contre le harcèlement, le sexisme et les violences faites aux femmes.