Sécurité nucléaire: la commission d'enquête s'est heurtée au secret-défense

Par

La commission d’enquête parlementaire a rendu public, jeudi, son rapport. Elle regrette que le « secret-défense » ne lui ait pas permis de se faire une idée précise des mesures prises pour assurer la sécurité. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne peux pas vous garantir en tant que rapporteure qu’il y a une sécurité optimale » aujourd’hui des installations nucléaires françaises. Accompagnée du président de la commission d’enquête, Paul Christophe, député Agir du Nord, Barbara Pompili, députée LREM de la Somme, rapporteure, présentait jeudi 5 juillet le rapport sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires dans les salons dorés de la présidence de l’Assemblée.