Système Dassault: vers un procès de l’«entreprise de corruption généralisée»

Par

Le juge Serge Tournaire a décidé le renvoi en correctionnelle de sept membres du système présumé d’achat de voix mis en place par Serge Dassault à Corbeil-Essonnes, dont le maire Jean-Pierre Bechter. L’ordonnance dénonce une « corruption qui s’est exercée à un degré sans doute jamais atteint ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Serge Dassault, décédé en mars 2018, a largement échappé à la justice. Mais le système de corruption électorale présumée qu’il a mis en place pour conquérir les électeurs de sa bonne ville de Corbeil-Essonnes (Essonne) devrait bien être disséqué lors d’un procès.