«En France, #MeToo est réduit à une caricature pour éviter le débat»

Par

L’historienne Laure Murat, auteure d’un essai sur l’après-Weinstein, appelle à « un débat sérieux et informé », auquel les intellectuels et la jeune génération doivent prendre part.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Aujourd’hui, on dirait que la France est le pays du non-débat. » Dans Une révolution sexuelle ? (éditions Stock), essai consacré à l’après-Weinstein, l’historienne Laure Murat, professeure à l’université de Los Angeles (UCLA), jette un regard critique mais stimulant sur la manière dont la France a appréhendé le mouvement #MeToo.