Greffes d'organe entre vivants (3/3). Les dons en concurrence

Par Mathilde Goanec

Dans le don d'organe, la compatibilité sanguine a longtemps été l'alpha et l’oméga. Mais grâce aux innovations dans le domaine de la transplantation rénale et en raison de la hausse des maladies rénales liées au vieillissement de la population, aucune piste n'est ignorée. Don de proche, don croisé et même le très controversé bio-marché. Reportage enrichi de témoignages sonores.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les freins pour la greffe, et pour la greffe par donneurs vivants, sont nombreux. Le don croisé arrive donc l’an prochain dans un contexte chargé. D'autant plus que l'un des critères, la simultanéité des deux opérations (prélèvement et transplantation) et donc la mobilisation de deux équipes au même moment en France, en effraie déjà certains : « D'un point de vue logistique, cela va être une machine infernale », s'inquiète Paolo Malvezzi, praticien à Grenoble, qui estime que ce n'est pas ça « qui va révolutionner la greffe ».