Sous le naufrage de Hollande, l’agonie du socialisme français

Par

Dans sa longue histoire, le socialisme français a souvent connu des pages sombres sinon honteuses, avant de rebondir ou de renaître. Mais cette fois, derrière la fin crépusculaire du quinquennat Hollande, c'est un événement historique auquel nous assistons : les ultimes convulsions de l'un des plus vieux mouvements politiques français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est peu dire que dans sa longue histoire, le socialisme français a connu des pages peu glorieuses, et parfois même des pages honteuses. Du vote des crédits de guerre et du ralliement à l’Union sacrée en ouverture de la Première Guerre mondiale, en violation de toutes les résolutions de la IIe Internationale et du combat de Jaurès, jusqu’au recours à la torture en Algérie, en passant par l’abandon des républicains espagnols par le gouvernement du Front populaire face à la barbarie franquiste ou encore le vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain par la même majorité de Front populaire (exception faite de 80 parlementaires qui ont sauvé l’honneur de la gauche), la liste est longue des naufrages qu’a connus le socialisme français.