Au port de Calais, inquiétudes autour d’un «Brexit dur»

Par Elisa Perrigueur

Le flou de l’accord autour du Brexit nourrit les inquiétudes au port de Calais, point de passage très fréquenté. On craint ici une paralysie de l’infrastructure avec l’intensification des contrôles douaniers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Calais (Pas-de-Calais), correspondance.– Il fait encore nuit, la brume lui glace les mains. Traits tirés, Sylvain D., 54 ans, saisit le volant de son camion et s’engage sur « l’autoroute des Anglais ». L’A26 fend les Hauts-de-France, ses plaines d’éoliennes, ses champs de betteraves humides. Le routier file vers la côte du détroit du Pas-de-Calais, rejoint sur le bitume par des poids lourds polonais, turcs, hongrois, etc. Ils convergent tous vers cette forteresse, près des immeubles du front de mer. Elle recrache la fumée noire des ferrys, cernée de ses clôtures de barbelés controversées, érigées par Londres pour empêcher les migrants de s’y introduire. « Dans les années 1990, on regardait la Manche. Maintenant on voit les CRS quand on attend pour passer aux contrôles », ironise Sylvain d’une voix forte.