Leclerc épinglé pour « surveillance excessive des salariés »

Par

Equipé de 138 caméras et de capteurs biométriques, un hypermarché de la chaîne a été mis en demeure, par la Cnil, de changer son dispositif de surveillance des salariés, jugé « disproportionné ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une société exploitant un hypermarché Leclerc en Gironde a été mise en demeure mercredi 5 février, par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), de se conformer à la loi, suite à une enquête qui a établi l'existence, dans les locaux du magasin, d'un dispositif de surveillance jugé « disproportionné » : 138 caméras, dont 39 dans des lieux inaccessibles au public, et des capteurs biométriques pour contrôler les horaires des salariés.