Le quartet de Labarrière, «comme une façon de vivre autrement»

Désordre est le nouvel album de la contrebassiste Hélène Labarrière. Une musique d'une grande liberté, où le quartet est pensé comme une formation... politique. Entretien vidéo.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

C’est le 19 février dernier lors d’un concert à Saint-Mandé à l’occasion du festival Sons d’hiver qu’Hélène Labarrière et son ensemble ont présenté Désordre, leur nouvel opus. Deux albums en dix ans avec son quartet, c’est peu, autant dire que l’on attendait beaucoup. On ne fut pas déçu. L’ensemble a magistralement occupé tous les terrains, du groove le plus débridé jusqu’à l’introspection, avec en prime une version de La Chanson de Craonne et une perle de vitalité, Montreuil Mali. De la musique d’une grande liberté, « où tous les chemins sont possibles, sans qu'il y ait un chef et des suiveurs », nous explique-t-elle. Une façon de montrer « que l'on peut socialement vivre autrement ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié