Continental: les maisons du malheur

Par

L'usine Continental de Clairoix (Oise) a été fermée, mercredi 22 avril, pour «raisons de sécurité». La veille, des salariés ont détruit le pavillon d'accueil abritant notamment l'alarme incendie. Après la décision du tribunal de Sarreguemines, qui les a déboutés de leur demande de suspension du plan de fermeture du site, ils ont également saccagé la sous-préfecture de Compiègne. Ces manifestations de colère spectaculaires sont le résultat du dépit et de la peur chez les 1.120 salariés. La situation est particulièrement préoccupante pour ceux qui ont fait le choix de devenir propriétaires au cours des toutes dernières années. Ils ont encore parfois 20 ans de crédit à rembourser... Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors d'une AG devant l'usine Continental, il n'est pas compliqué de repérer les salariés ayant acheté une maison au cours des dernières années. «Il suffit de regarder les visages, ce sont les plus livides», plaisante à moitié un ouvrier, qui était lui-même sur le point d'acheter lorsque la fermeture de l'usine a été annoncée.