Prothèses PIP: en 2008, un chirurgien alertait les autorités sanitaires

Un mail du 20 novembre 2008 adressé à l’Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé par un chirurgien de Marseille mentionnait un gel « extrêmement agressif » contenu dans des prothèses mammaires, et demandait à l'agence de le faire analyser. Il est resté sans réponse.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Un mail du 20 novembre 2008 adressé à l’Afssaps (Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé) par un chirurgien de Marseille mentionnait des implants mammaires contenant un gel « extrêmement agressif » et pouvant provoquer « une réaction inflammatoire sévère ». L’alerte venait du docteur Christian Marinetti, chirurgien plasticien et esthéticien qui opère à la clinique Phénicia à Marseille. Marinetti était l’un des clients réguliers de PIP (dont le procès se tient jusqu’à la mi-mai à Marseille), et a constaté à partir de 2007 un nombre anormal d’incidents dus à un « matériel défectueux ». Le chirurgien dit avoir renvoyé tout son stock de prothèses PIP à la société de la Seyne-sur-Mer en 2008.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal