Police : le changement de «philosophie» ne convainc pas

Par

Manuel Valls a annoncé samedi la mise en place de 15 zones de sécurité prioritaires (ZSP), qui feront l'objet d'« actions de sécurité renforcées ». À en croire le ministère de l'intérieur, il s'agirait d' « une nouvelle philosophie ». Mais Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de la police, doute en l'état de l'intérêt de la réforme annoncée. Et en appelle à un changement de méthodologie.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministère de l’intérieur a annoncé samedi la mise en place de 15 zones de sécurité prioritaires (ZSP), qui feront l'objet d'« actions de sécurité renforcées ». Manuel Valls, qui respecte ainsi l'un des engagements de François Hollande pendant sa campagne, a expliqué qu’il voulait « mettre le paquet » dans ces zones. Comment ? Cela est plus flou. Aucune annonce précise n’a été faite sur d’éventuels effectifs supplémentaires, même si 1 000 postes par an sont censés être créés chaque année, à répartir entre la justice, la police et la gendarmerie. « Les arbitrages seront faits sur ce point à la rentrée. Mais la réforme est lancée à moyens constants », explique le ministère de l’Intérieur.